AJAPH debout pour le climat, un troisième forum annuel réussi

Pour sa troisième édition du forum annuel sur le climat, l’Association des Jeunes Avisés pour le Progrès en Haïti a organisé à l’auditorium Oswald Durand du Cap-Haïtien, le jeudi 08 décembre, une série de conférences autour du thème : « La place de la jeunesse dans la lutte contre les changements climatiques ». Le but est d’alerter les jeunes sur les enjeux climatiques dans le monde et les montrer la place qu’ils ont dans cette lutte pour la protection de notre habitat et la survie de l’humanité. Cette troisième édition à laquelle ont pris part plusieurs dizaines de jeunes a été animée par l’Ingénieur-Agronome Kesnel Noël et comptait plusieurs intervenants.

Les problèmes climatiques ou environnementaux deviennent l’un des principaux enjeux sociopolitiques en ce 21ème siècle et font des grands titres des actualités locales et internationales. Ils sont devenus des préoccupations majeures pour les différents gouvernements. Ils font aussi sujets de discussion dans différents débats ou conférences à travers le monde. Face à cette préoccupation, les jeunes s’impliquent activement dans des revendications pour la protection du climat et de l’environnement. Ce  problème auquel n’échappe personne, a donc éveillé la conscience de plus de la moitié de la population juvénile dans le monde.

Pour participer à cette militance pour la protection du climat en vue d’un avenir certain, l’Association des Jeunes Avisés pour le Progrès en Haïti a donné rendez-vous à la population haïtienne pour un forum annuel sur le climat. Le thème pour cette troisième édition de cette année était : « La place de la jeunesse dans la lutte contre les changements climatiques. » Plusieurs intervenants dont Maitre Delcarme Bolivard, conseiller à l’Ordre des Avocats du Barreau de Cap-Haïtien (OABCH) ; Monsieur Valery Tassy, directeur exécutif à Historic Haïti et co-fondateur du Groupe d’Appui à la Croissance Économique et au Développement (GACED) ; Monsieur Pascal Adrien,  coordonnateur aux affaires politiques du MNT ; Anolex Raphaël, professeur au Campus Henri Christophe Limonade de l’université d’État d’Haïti ; Madame Angie Bell, responsable de Poubèl Ayiti ; les ingénieurs-agronomes Jean Rusnel Étienne et Hudson Cherenfant et l’actuel maire de la ville du Cap-Haïtien Pactrick Almonor ont défilé sur le panel pour débattre le thème selon leurs champs de compétence.

Maitre Delcarme Bolivard qui intervenait sur le sujet « Droit et Climat » a fait savoir que le combat contre les changements climatiques n’est pas une chose facile. Selon lui, il nous faut d’abord une génération consciente, capable de sortir dans l’ignorance pour mettre en place des politiques publiques visant le respect et la protection de l’environnement, des lois concernant le droit de l’environnement qu’il faut appliquer.

Monsieur Valery Tassy défend, pour sa part, que la lutte contre les changements climatiques fait partie de la Responsabilité Sociale des Entreprises qui doit s’adapter pour produire moins de déchets en s’intégrant dans l’économie circulaire. Il exige qu’un bon entrepreneur doive pouvoir utiliser les changements climatiques comme Stratégie pour être plus compétitif sur le marché. Ce dernier qui intervenait sur la thématique « Climat et Entrepreneuriat » a profité l’occasion pour conseiller aux jeunes entrepreneurs, surtout ceux qui s’exercent dans la transformation industrielle, de ne pas utiliser des produits polluants dans leurs activités entrepreneuriales.

Monsieur Pascal Adrien qui intervenait sur le sujet  » Politique & Climat », encourage une conscience écologique globale. Selon lui, les retombées ne sont pas seulement pour les plus grands pollueurs, mais pour tous les pays sur le globe terrestre. « Même si la conscience écologique est locale, si elle n’est pas globale se lave men siye atè. » Affirme-t-il.

Ensuite, le professeur Anolex Raphaël qui intervenait en direct du Canada, informe qu’il existe deux grands moyens complémentaires pour freiner l’impact des changements climatiques : Adaptation et Atténuation. En effet, il faut d’une part trouver des moyens pour vivre avec les changements climatiques (de nouvelles pratiques agricoles par exemple) et d’autre part, réduire les émissions de gaz à effet de serre. Il défend également un projet de formation de nouveaux écocitoyens avec une vision de changement pour la communauté.

Enfin, il faut rappeler que l’Association des Jeunes Avisés pour le Progrès en Haïti, coordonné par Lovinsky FILS-AIMÉ, se donne pour mission de former et d’informer les gens sur les dangers des catastrophes naturelles en se concentrant sur quatre axes d’intervention : la protection de l’environnement et la gestion des risques et désastres ; la lutte contre le réchauffement climatique ; la promotion des énergies renouvelables et le développement durable.

A propos de l'auteur:

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :