Bayern Munich sur le toit de l’Europe

Une saison assez particulière où les différents championnats nationaux européens ont suspendu leur ligue à cause du coronavirus. Crise sanitaire obligée. L’Europe fut l’épicentre du coronavirus où plusieurs personnes ont perdu la vie. À ce moment, la plus grande instance du football européen, l’UEFA, de son côté, a décidé de suspendre la ligue des champions. Cette nouvelle est arrivée comme un coup de massue pour des clubs européens, car la ligue des champions permet aux clubs de générer beaucoup d’argent.

Une longue période sèche s’est écoulée avant de voir les stars du ballon rond fouler les pelouses. Ce qui ravive la joie chez les mordus du football. Dans une période où les spécialistes de la santé peinent à trouver un vaccin, de nombreux pays restent toujours confinés, les soucis familiaux et économiques font l’objet de nombreuses inquiétudes, la reprise des compétitions s’avère nécessaire pour les amoureux du ballon rond en quête de plaisir.

Après plus de quatre mois d’interruption, la ligue des champions fait son retour. Un nouveau format s’impose, mais n’enlève rien à la prestigieuse compétition européenne. Pour la reprise, Lyon s’est rendu à Turin après avoir gagné (1-0) à l’aller contre la Juventus, Chelsea est allé à Munich dans l’objectif de remonter une défaite de (3-0) contre le Bayern à l’aller, le Real Madrid avait affronté Manchester City après sa défaite (2-1) au Santiago-Bernabeu, et Naples fait le voyage à Barcelone après son nul (1-1) concédé à domicile. Les vainqueurs de ces matchs étaient Lyon, City, Barcelone, Bayern. Ces derniers forment le final 8 avec les quatre autres clubs suivants, Atalanta, Leipzig, Paris Saint-Germain et Atletico Madrid. Ces matchs se sont déroulés au stade de la Luz au Portugal.

Ainsi, les vainqueurs des quarts de finale se sont affrontés dans de duels attractifs, comme par exemple, le Bayern Munich-Barcelone. Mais ce match s’est tourné en dérision, car le Bayern Munich a infligé au Barcelone sa plus lourde défaite de son histoire en ligue des champions, un score de 8 buts à 2. Du coup, les munichois se hissent en étant les super favoris pour soulever la coupe aux grandes oreilles. Les grandes équipes ne meurent jamais, comme certains le disent. En demi-final, le Bayern Munich s’est débarrassé de l’équipe lyonnaise (3-0). Cette qualification pour la finale vient sept années plus tard. En 2013, les bavarois ont réussi à réaliser le triplé historique -coupe, championnat, ligue des champions- qui l’inscrivent dans un cercle très fermé en Europe. Car il n’est pas donné à tous de réaliser le triplé historique, sept clubs européens l’ont déjà fait. Le Bayern Munich (2013/2020), Barcelone (2009/2015), Inter (2010), Celtics de Glasgow (1967), PSV (1988), Ajax (1972) et Manchester United (1999) sont les clubs qui ont réalisé cet exploit.

Dans l’autre demi-final, le PSG s’est imposé sur le Red Bull Leipzig qui propose un football attrayant, mais un novice à ce stade de la compétition. Le PSG se qualifie pour la finale de la LDC. Cette qualification fut historique, puisque le PSG n’a jamais atteint une finale de ligue des champions avant; mais c’est une équipe qui n’a pas su s’organiser collectivement, et s’en remet essentiellement à la providence de ses stars, Neymar et Mbappé. Or, le collectif doit être primé, pas l’individualité. Les individualités doivent se fondre dans le collectif. C’est là où le bât blesse.

Le rendez-vous était à 3h PM ce dimanche 23 Août pour la finale de la LDC, où le PSG et le Bayern Munich se sont affrontés; un duel Franco-Allemand. Au bout d’une finale haletante, le PSG s’est incliné face à l’ogre bavarois (0-1) à Lisbonne. Kingsley Coman, produit du centre de formation des parisiens, a offert la sixième C1 ( après 1974, 1975, 1976, 2001 et 2013) de leur histoire aux Bavarois. Un match où les deux équipes jouaient la carte de la prudence. Mais le pressing bavarois a empêché les parisiens de faire leur jeu. On ne retient que quelques bonnes actions du côté des parisiens, cependant ils n’ont pas été lucides devant les buts. Le trident offensif -Mbappé, Neymar, Dimaria- n’était pas au rendez-vous. De l’autre côté, les bavarois, supérieurs techniquement et physiquement dans le jeu, maîtrisaient mieux la rencontre. Ainsi, sur un centre venant de la droite, Coman, de la tête, a inscrit l’unique but de la rencontre et met le Bayern sur le toit de l’Europe.

Obed DEUS

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :